Cronat (71) : encore des milliers de grues cendrées vues en 2022
 

Une sortie d'observation des grues en migration hivernale était organisée à Cronat le 23 janvier par l'Association Ornithologique et Mammologique de Saône-et-Loire (AOMSL), à laquelle participaient des membres de la SHNC.

IMG_7946.JPG

En ce dimanche 23 janvier 2022, la nature a revêtu son bel habit aux couleurs argentées. Les nuages ont recouvert notre région et préfèrent jouer avec un facétieux petit air frais. Monsieur l’Hiver est encore bien présent. Mais, imperturbablement et avides d’observations diverses, 16 naturalistes sont bien décidés à découvrir un phénomène devenu habituel sur les bords de Loire, près des petits villages de Cronat (71), Gannay-sur-Loire (03) et Saint-Hilaire-Fontaine (58).

 

En effet, depuis quelques années, des centaines, et même quelques milliers de grues cendrées (Grus Grus) font une halte prolongée en ces terrains ligériens fertiles où elles peuvent trouver le gîte et le couvert : ici, de nombreux grains de maïs sont restés sur le sol après la moisson et d’appétissants lombrics sont aussi présent à ce rendez–vous «culinaire».


Premier arrêt près du hameau «Le Galbry» situé sur la commune de Cronat où nous voyons passer, au-dessus de nous, nos premiers gruidés. Et puis, au loin, perché sur un arbre, quelques observateurs peuvent repérer un petit accipitridé dont la présence reste exceptionnelle, l’élanion blanc (Elanus Caeruleus). Autrefois, s’élevait ici, probablement, un camp gaulois face aux fortifications romaines sur l’autre rive.

 

Nous reprenons la route, traversons le pont sur le grand fleuve, jusqu’à notre second arrêt, aux «Terriens» (Gannay). Sur ce site aussi classé «Natura 2000», notre patience est récompensée : des centaines, et même des milliers de grues nous attendaient… Picorant à qui mieux mieux, effectuant des vols majestueux (en «V» ou en «Y», l’oiseau de tête cédant régulièrement sa place à un autre).

Ces dames (et ces messieurs) ne semblent guère prêter attention aux jumelles, longues–vues, appareils  photos qui font d’elles pour un instant, les vedettes d’une nature ici préservée…

 

D’autres arrêts à Champfort, la Motte aux oies où nous devons faire attention de ne pas trop nous approcher de la berge sableuse instable et érodée. A Thareau (Saint-Hilaire-Fontaine), qui fut au 18e siècle un port important, acheminant un sable très fin, jusqu’aux verreries de Fours, nous prenons notre repas… Puis direction le GR3 où nous nous déplaçons sur une digue en terre destinée à arrêter les eaux de la Loire en crue. Au programme : observation de vols de grues, chevreuils, faucon crécerelle … Retour au Galbry (cygnes, ragondins, grues, chevreuils etc.). Nous quittons en soirée, les méandres de la Loire et les beaux gruidés qui retourneront bientôt dans le Brandebourg en Allemagne.

Photos Bernadette Didier :

IMG_7914.JPG
DSC_0166.JPG
IMG_7997.JPG
DSC_0259.JPG
IMG_7927.JPG
DSC_0249.JPG
IMG_7983.JPG
LUMIERE IMG_8030.jpg
IMG_8013.JPG