‘’Neofinetia falcata’’, une orchidée qui est devenue une véritable œuvre d’art au Japon …

Conférence mensuelle du 05 septembre 2022 par Josiane Charleux

photo P. Kolowski.jpg

Photo  P. Kolowski


Ce Lundi 5 septembre, Josiane C.  adhérente de notre association, nous a fait partager sa passion pour la culture des Orchidées ; quand on dit passion, ce n’est pas un vain mot : plus de 20 ans de dévouement (quand on élève des orchidées, pas de vacances), floraison de plus de 150 plantes, certaines mettant plusieurs années à fleurir.
Ces fort belles plantes ont aussi d’autres intérêts : En 1862, on présente à Darwin  Agraecum sesquipedale, plus communément appelée « étoile de Madagascar ». C’est un épiphyte qui vit sur les arbres et se distingue par ses feuilles blanches en étoile et par son éperon, un tube de 25 à 30 centimètres de long au fond duquel se trouve le nectar,  En aspirant le nectar, l’insecte se charge de pollen , qui se colle  sur la tête ou l' abdomen. L’insecte s’envole ensuite vers d’autres fleurs pour en aspirer le nectar, et dépose le pollen permettant la fécondation. En examinant l’orchidée, Darwin prédit l’existence d’un papillon muni d’une trompe de la même longueur que ce tube. quarante ans plus tard, en 1903, on découvrit à Madagascar un grand papillon nocturne, de la famille des Sphingidés, avec une trompe longue de 22 centimètres, auquel on donna le nom de Xanthopan morgani praedicta. Bel exemple de co-évolution.
Josiane nous a présenté une espèce particulière : ’Neofinetia falcata’’

Classée maintenant dans le genre Vanda, Neofinetia falcata est une orchidée fascinante tant par ses diverses variétés que par son histoire au Japon…
Au Japon, la plante sauvage est traditionnellement appelée ‘’ Furan’’, ce que l’on peut traduire par ‘’orchidée du vent’’. Après avoir été cultivés, les plus beaux spécimens sont nommés ‘’ Fukiran’’ c’est-à-dire ‘’orchidée noble et riche’’.
A la période Edo, le 2ème Shogun, Hidedata Tokugawa, qui a régné de 1605 à 1623, a été le premier à se passionner pour la culture de Neofinetia falcata.
Longtemps réservée à une certaine élite, la popularité des ‘’ Fukiran’’ est allée en s’accroissant. Le premier ‘’Meikan’’, où sont répertoriées toutes les variétés, a été édité par la Société Japonaise Fukiran en 1939.
Une Société Coréenne, qui possède aussi son registre des ‘’ Fukiran’’ a été créée en 2005.
Les caractéristiques des ‘’ Fukiran’’ concernent différentes parties de la plante :
* Couleur des feuilles (variations, panachages etc…)
* Couleur des pointes des racines
* Axe des feuilles
* Forme des feuilles
* Forme du ‘’Tsuke’’ (point d’insertion des feuilles dans l’axe de la plante)
* Couleur et forme des fleurs
Régulièrement des expositions et des concours sont organisés, les plantes étant alors présentées comme des œuvres d’art dans des pots artistiquement et richement décorés. Certains pots sont recouverts d’or sur les pieds et le rebord, et l’on peut y trouver certains symboles au niveau des décorations : dragons, symbole de force et de pouvoir, grues japonaises qui symbolisent la longévité et la bonne fortune etc…
Depuis quelques années l’engouement pour les ‘’ Fukiran’’ a gagné l’Europe, l’Amérique et la Chine… En France il est encore toutefois très difficile de trouver des spécimens intéressants chez les producteurs d’orchidées




 

Meikan.jpg

Meikan (photo issue de" Art of tradition and evolution ; fukiran")

Cheonjiyeon.jpg
Taemyonggem.jpg

Taemyeonggem (Photo S. Pissavin)

Cheonjiyeon (Photo S. Pissavin)